Poème pour la Tribu

Naître la voix.
La tribu tourne dans ses langues,
nos coordonnées stellaires
à l’appui de nos directions.
Ne sommes nous pas, comme dit le poète,
des météores à gueule de planète en quête de clarté.


Faisons cortège à nos sources
fort comme des chênes,
aussi sensibles que des oiseaux.

Et plus loin,
par delà ce que nous sommes.
Hâtons  nous de transmettre notre part
de merveilleux, d’étonnement.
Nul n’abolira notre infini.